élections régionales

Carte france region

La France est en mouvement mais les Français n'en savent rien là est le problème

Le 1er tour des élections régionales aura lieu ce dimanche 6 décembre est force de constater que l'engouement des Français pour ce scrutin n'y est pas.

La faute en premier lieu aux communicants "Elyséens" et "Matignonesque" qui sont, disons-le depuis le début du quinquennat d'une incompétence sans borne.

Cafouillage et bafouillage sont leurs deux mamelles.

L'enjeu de ses élections régionales est, non seulement d'élire de nouvelles assemblées sur de nouveaux territoires mais, "évènement majeur me semble-t-il" de dessiner la nouvelle carte de France, de notre République jadis rurale, centralisée et Jacobine aujourd'hui urbaine, décentralisée et métropolisée.

De mettre en œuvre une nouvelle organisation territoriale suite aux différentes lois dont la récente loi NOTré portant sur la répartition des compétences entre les collectivités et qui concerne la vie quotidienne des gens, développement économique, culture, éducation, développement durable etc...

Un nouvel urbanisme issu de la loi ALUR qui voit et qui verra l'ensemble des documents d'urbanisme et de planification modifiés dont les plans locaux d'urbanismes avec l'avènement inévitable et indispensable du PLU intercommunal, les schémas de cohérence territoriale qui devront intégrer les quartiers en politique de la ville et donc se préoccuper de la pauvreté. Sans parler des programmes locaux de l'habitat et de la politique du logement, de la gestion globale de l'eau ou de la prise en compte des catastrophes naturelles.

Une nouvelle politique éducative avec la loi sur la refondation de l'école et la réforme de la carte scolaire annoncée qui participera au rééquilibrage de notre société en faisant se rencontrer les jeunesses de France au sein de nos collèges et lycées.

De la gestion des fonds européens par les régions qui espérons-le, rapprochera l'Europe et les citoyens forts éloignés l'un de l'autre.

La faute incombe aussi aux partis politiques qui ne jouent plus depuis longtemps leurs rôles de médiateurs entre le global, le national et le local laissant les citoyens livrés aux bateleurs de l'extrême droite et le décodage politique aux Youtubeurs de l'information, de la religion, du dérèglement climatique et de la théorie du complot.

Aujourd'hui les partis politiques sont des réserves closes de notables et d'"élus techniciens" professionnels de la politique déconnectés du réel. Il n'est qu'à voir, leur "non maitrise" de la mutation numérique de notre société.

Alors si nous pouvons être amers concernant les chiffres du chômage et sur l'affectation des 50 milliards du pacte de responsabilité dont on ne voit pas les effets, ou être inquiets suite aux attentats du 13 novembre, on ne peut nier les réformes faites depuis 2012.

La France est en mouvement mais les Français n'en savent rien là est le problème

Tout se passe comme si rien ne se passait.